clac

Tu peux fermer la porte, s’il-te-plaît ? Merci.

C’est la ritournelle que j’entends plusieurs fois par jour lorsque, après avoir frappé à la porte de la chambre de Manga girl, j’ai terminé une succincte conversation minimaliste avec celle-ci.

Je vous épargne le regard légèrement poli glacé très vaguement accueillant.

Et vlan!

Repas du soir : j’insiste sur l’importance de manger des fruits et des légumes. Il faut dire qu’en ce moment je lis et j’écoute des émissions sur l’alimentation. Manger moins de viande rouge, deux fois par semaine, réduire de manière générale la viande. Préférer les fruits et les légumes biologiques. Éviter les produits tout faits, ils contiennent des conservateurs, des perturbateurs endocriniens, du sel… L’important c’est de cuisiner des produits frais. On m’écoute religieusement tout en grignotant une côtelette d’agneau. Et puis Avaleur de steak lorgne sur la casserole de soupe. C’est une soupe à quoi ? demande-t-il. C’est une soupe toute faite aux légumes, dis-je. Manga girl me toise et assène : « Et elle nous dit ça, après tout ce petit discours ! ».

Ils sont sans pitié, j’ai fait une coloscopie ce matin alors aujourd’hui la cuisine…

Rotation

– Est-ce que tu peux retourner le boudin ? dis-je à Avaleur de steak qui mettait la table dans la cuisine.

– Comment on retourne le boudin ?

A ce moment-là il faut rester très zen et se montrer très pragmatique.

– Tu lui fais faire une rotation de 180°.

– Autour de son axe longitudinal, ajoute Saule qui d’un geste me montre qu’on peut faire pivoter le boudin à 180° sans le retourner.

Purée, Mazette, Purée !!!

Remèdes à la mélancolie

Je suis tranquille, seule, dans la chambre, les écouteurs calés au fond des oreilles et j’écoute en podcast une émission de radio « Remèdes à la mélancolie ». Bien au chaud sous la couette, j’entends la voix colorée de l’invité, Christophe André, distiller des mots et des conseils. C’est bien. Au fond du couloir, des coups de sifflet répétés et stridents s’approchent. Je ne veux pas encore croire que ma tranquillité est finie mais Manga girl entre, allume, s’effondre sur le lit, gonfle ses joues et siffle puis fait du grizzli sur l’ipod ce qui électrocute la voix de Christophe André, qui s’efface pour laisser place à Adèle, puis Chostakovitch puis… Avaleur de Steak arrive, s’effondre sur le lit et se lance sur des observations historiogéographiques. Manga girl m’a demandé un écouteur, donc d’une oreille j’écoute Les fables de La Fontaine (parce qu’elle a fini par s’arrêter là dessus) et de l’autre je capte des questions sophistiquées auxquelles je dois répondre « Quel empire a conquis le plus de territoire ? Lequel a duré le plus longtemps… ». Quand j’essaie de m’échapper, Manga girl me saucissonne et m’écrabouille, je finis par crier « Au secours ». Alors tout le monde se met à crier et quand Saule arrive, les Schtroumphs unis m’accusent d’avoir voulu les torturer. Pendant que je suffoque Saule les regarde d’un air douteux.

N’était-ce pas le meilleur remède à la mélancolie ?

Les grands sportifs

Lorsque j’ai expliqué aux enfants de nouveau réunis par la magie des vacances combien il était important de s’occuper de son corps pour être en bonne santé j’ai reçu une volée de bois vert.

J’ai été sommée de « Citer mes sources » et d’ « Appuyer mes propos ». Réfléchir ou courir, il s’agissait de trancher, il ne fallait pas trop leur en demander.

Lorsque j’ai expliqué que le cerveau prenait sa source dans le corps, on m’a répliqué narquoisement qu’il ne vivait effectivement pas sur Mars. Et quand j’ai évoqué les endomorphines, on a crié à l’ordre moral, voilà que je voulais transformer mes enfants en junkies, en opiomanes.

J’ai même terminé raciste. Raciste envers les handicapés qui ne peuvent pas faire de sport.

Face à tant de bonne foi et de bonne volonté, j’ai pris la poudre d’escampette…et suis allée me reposer.

 

Masque

Bien que Manga girl soit en 3eme, je dissocie mes élèves de 3eme que je trouve « grands » de ma fille que je trouve « petite ». Je ne sais pas trop à quoi attribuer ce phénomène mais je le constate. Une étrange aventure m’est cependant arrivée. Manga girl a eu une très bonne note à une rédaction et j’ai eu la curiosité de lire ce devoir qui était une critique littéraire d’ « Enfance » de Nathalie Sarraute. J’ai reçu un choc en lisant ses mots et son analyse. Mon « bébé » a l’air d’un bébé mais n’est plus un bébé. Sniff !!!

14 ans

Les choses s’accélèrent. Cela a commencé par la présence récurrente de deux copains de Manga girl : le clone de Robert Smith et la super copine. Je rentre le mardi, ils sont là. Ils viennent déjeuner le mercredi. Je rentre le vendredi, ils sont là. Gloussements, rires et signes de connivence. Il a fallu que j’explique à Manga girl que j’aimerais bien un peu de solitude lorsque je rentre du collège. Puis il y a eu l’anniversaire de Manga girl qu’elle a voulu fêter cette fois. Et puis ce soir où elle rentre tout excitée. Le clone de Robert Smith fête son anniversaire (qui était il y a trois mois) demain soir, il invite toute la troupe et sa cousine (tu sais celle qui était avec eux à la Japan expo et rue Keller), et tout le monde dort chez lui. Comment résister au bonheur ? Evidemment j’ai dit « oui ».

Previous Older Entries