Confidences

A la question « Comment faites-vous pour apprendre une leçon ? », Gaby, une petite 6eme, me confie que parfois, après avoir lu et récité dans sa tête, elle fait le poirier parce que ça peut aider la leçon à descendre dans le cerveau. C’est sa mère qui l’a dit.

A la question « ça va ? », Celia la jeune stagiaire de français finit par m’avouer que les enfants ça va à peu près mais les adultes… c’est l’horreur. Bien qu’elle ne connaisse l’établissement que depuis 10 jours, elle n’en peut plus des médisances, des deux clans, de machin qui lui explique sur un ton doctoral « la bonne méthode », de truc qui lui envoie un texto lapidaire, de bidulle qui lui recommande de ne rien partager avec machinchouette, de psychorigide qui lui a donné un mode d’emploi très précis de l’utilisation de « sa salle » et de «son ordinateur »… Je la félicite pour la rapidité de son analyse psychologique de la situation. « Mais comment fais-tu ? » me demande-t-elle. Franchement, je ne sais pas trop ; en dehors d’éviter assez régulièrement la salle des profs et la cantine. On rigole un bon coup et puis c’est reparti.

Publicités

les petits mots de mon père

Les petits mots de mon père que je veux garder :

– un smartophone pour un smartphone

– champagne Malabar pour Champagne Malart

– ça pète ou ça casse pour ça passe ou ça casse.

à claire-voie

Des vacances je veux garder le son des vagues entrant dans la maison par quelques murs à claire-voie, le crissement furtif des pattes d’oiseaux et de lézards dans la charpente visible du toit. A l’intérieur, à l’extérieur, interpénétration douce des espaces, la séance de yoga matinale sur la terrasse. Par cette porte entrent, les textures et les parfums des fruits, le face à face avec les poissons bleus, jaunes et les calamars phosphorescents, le granit gris et rose sur une plage presque blanche.