En friche

Le temps galope comme les idées. Lorsque je me prends à rêvasser pour ralentir je m’imagine loin. Une maison depuis longtemps habitée avec un jardin de curé, un potager, un verger. Nous sommes en terre étrangère, peut-être une île anglo-normande perdue, un jardin sans haies, sans coupure dans un paysage de tons clairs. Bien sûr il y fait bon (un temps plus italien, mais je n’ai pas pu situer cette maison dans un lieu où le temps est sympa parce que je ne veux pas la foule de la côte d’azur… c’est l’avantage de la rêverie). Bien sûr, je cultive sans effort et croque les tomates mûres. S’asseoir sur un banc, ne rien faire, se vider l’esprit aux actes authentiques comme cueillir, effiler, éplucher. Je dors bien dans un lit doux et autour de moi le calme est parfait. Généralement, cette période n’excède pas les vacances scolaires (pas envie de devenir complètement dingue en épluchant des petits pois) et je suis très triste de repartir pour la vie active et trépidante de la région parisienne. Oh, quelle tristesse !

Publicités

2 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. le-gout-des-autres
    Juil 01, 2017 @ 07:08:58

    Ne te plains pas d’habiter Paris !
    Retrouve toi exilée à dix minutes de Saint-Lazare et tu comprendras ce que je veux dire.

    Réponse

  2. BeB
    Juil 02, 2017 @ 10:42:21

    Amusante affirmation qui réconcilie tout le monde :
    « on ne vit qu’à Paris et l’on végète ailleurs ». C’est de Jean-Baptiste Louis Gresset.
    Le Goût sera d’accord avec elle.
    Et toi aussi, si tu prends « végéter » selon la définition du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales. Le pressentiment que « végéter » a un autre sens que « ne pas progresser » m’a fait chercher un peu et comme tu es une littéraire, voici tout ce qu’il faut savoir.
    Evidemment, c’est la fin de l’année et tu ne peux rêver que d’échappées…

    CNRTL :
    « 1. [Le suj. désigne un végét.] Pousser; produire des organes végétatifs. La campagne végète avec recueillement. Les plantes, peu à peu, sûres d’avoir le temps, réalisent leur forme (Romains, Vie unan., 1908, p. 57).
    − P. anal., vx. [Le suj. désigne un humain] S’épanouir physiquement. Je me sentais vivre et végéter avec la nature dans une espèce de panthéisme (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 336).
    − Vx, p. métaph. ou au fig. Se former, prendre de l’extension. Les fables végètent, croissent, s’entremêlent et fleurissent dans les lacunes de l’histoire écroulée, comme les aubépines (…) dans les crevasses d’un palais (Hugo, Rhin, 1842, p. 116).V. alarme ex. 28.
    2. Vx. [Le suj. désigne un animal ou un élément organique] Synon. se développer, grandir.Mon polype qui grossit, s’étend, végète (Toepffer, Nouv. genev., 1839, p. 262).Poursuis, comme l’astérie (…) qui végète au fond de l’Océan, ton obscur travail de vie (Renan, Souv. enfance, 1883, p. XXI).

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :