Granville, Jersey

C’est un moment délicieux que de profiter du premier soleil du matin, chant d’oiseaux, livre à la main, une théière et un mug fumant posés sur le rebord en pierre du balcon. Je tourne les pages du Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates de Mary Ann Schaffer et me voici de nouveau au temps des vacances. J’ai beaucoup aimé la ville haute de Granville avec ses maisons de granit, les couleurs acidulées vert et bleu de la mer et les remparts où poussaient des giroflées sauvages. Le lieu était calme, le ciel sillonné par quelques goélands. De Granville nous avons passé une journée à Jersey : Saint-Hélier la capitale et l’après-midi un tour de l’île en car avec une conductrice-guide qui nous a fait partager son amour pour son pays et ponctuait toutes ses phrases en français par un pittoresque « you know ». Plus près du mont Saint Michel, nous avons randonné sur les falaises de Champeaux, les genêts en fleur avaient un parfum de coco, les sables brillaient de tout un camaïeu de beige et d’ocre, et au loin, posés comme des miracles, l’abbaye au toit pointu et les marcheurs de la baie.

Le vilain petit capitaliste

J’aurais pu parler de Granville et des giroflées mais la tonalité de la campagne me peine et me scandalise. Il est loin le temps du front républicain. Dr Jekyll et mister Hyde ne donnera pas de consigne de vote : c’est un mauvais perdant. Je ne pensais pas que la success story d’un petit centriste catho provoquerait une telle radicalité. On préfère s’abstenir. Peu importe si cela fait monter un parti raciste, antisémite, homophobe. Du moment qu’on envoie un signe fort à cet affreux capitaliste. Car les grands donneurs de leçons et détracteurs de la « finance » paient leur forfait téléphonique 2 euros chez Free, volent sur des compagnies low cost, achètent leurs vêtements et leurs équipements pas chers, téléchargent les films sur internet. Bien sût ils achètent des produits bio et trient leurs déchets. Fantastique !!! Quand j’entends certains m’expliquer qu’il faut nationaliser alors qu’ils ont été les premiers à tirer sur France Telecom et à applaudir l’ouverture à la concurrence, quand certains font travailler un plombier polonais au noir, je m’interroge  : dumping social or not dumping social ? Les mondialistes, c’est vous, c’est moi, c’est nous tous. Ce serait plus honnête de l’assumer. Mais si vous avez vraiment envie d’un président nationaliste, homophobe, raciste, avant de vous abstenir ou de voter Marine Le Pen, allez faire un petit tour chez Poutine, Erdogan, Trump ou même allez en Chine, en Corée du Nord et restez-y.