Caoutchoucs

Elle dort sur le canapé. C’est toujours là que je l’ai vue dormir. Dans un espèce de bricolage. Un drap, une couverture, un oreiller, vite pliés et repoussés au petit matin. Ce n’est pas un canapé dépliable, elle pose l’oreiller sur l’accoudoir. Il y a aussi sa machine à coudre à l’intérieur d’une table repliable. Elle est très fière de sa machine qu’elle actionne avec une pédale et une roue. Il me semble qu’elle a été couturière, confectionneuse mais en fait, je ne sais pas exactement quel a été son métier. Elle tient beaucoup à cette machine et elle m’apprend à l’utiliser avec un peu de réticence. Il y aussi deux plantes caoutchouc, c’est un peu bizarre comme nom mais elle les appelle « ses caoutchoucs » et les arrose avec soin.

Publicités

2 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. mab
    Sep 27, 2016 @ 05:56:08

    Emouvant.

    Réponse

  2. BeB
    Oct 02, 2016 @ 19:18:45

    On m’a envoyé le début d’un article sur les bienfaits de la nostalgie, parue dans un journal scientifique très pointu – mais en anglais ! J’ai essayé d’en retrouver un résumé en français dans un média français et voilà ce que j’ai trouvé. Je ne te recopie pas tout l’article ci-dessous mais l’extrait de fin. La totalité étant sur :
    http://sante.lefigaro.fr/actualite/2015/09/04/24071-comment-utiliser-force-souvenirs

    Les bons souvenirs, ces «merveilleux bijoux» que l’on ramasse en avançant, ne servent pas seulement à être remémorés pour le seul plaisir. Une étude récemment publiée dans Nature vient confirmer que la remémoration positive pourrait avoir un impact thérapeutique sur la dépression, notamment celle qui est causée par le stress. Est-ce parce qu’ils nous ramènent à l’essence de ce que nous avons vécu et qui fonde notre identité singulière? Tel se reconnaît dans les chansons qu’écoutaient ses parents, tel autre à travers les parfums d’un fruit, se rappelle qu’il est né, il y a quarante ans, dans un pays tropical… En ce sens, chacun de nous est aussi la somme et le tissage des remémorations singulières qui le traversent, la «liste de ses souvenirs». «L’évocation de ceux-ci est une sorte de substitution au berceau des premiers âges», écrit même Jacqueline Rousseau-Dujardin… «Allez, on ne vous a jamais assez bercé! Et les plaisirs des remémorations y remédient.»
    La nostalgie elle-même, qui n’a guère la cote en nos temps d’immédiateté et de visions «transhumanistes», est désormais réhabilitée par la psychologie expérimentale, qui la voit comme un puissant moteur de l’estime de soi. Même si cette sensation de regret surgit souvent à un moment où l’on éprouve un sentiment d’isolement ou de vide, elle promeut l’idée que la vie est pleine de sens car elle s’appuie sur des expériences passées plutôt heureuses (fêtes familiales, voyages…). Le Dr Clay Routledge, de l’université de Southampton, considère donc la nostalgie comme «une réelle ressource qui permet aux gens d’utiliser les expériences passées pour les aider à affronter les défis du présent». Jacqueline Rousseau-Dujardin nous le rappelle: «Les souvenirs, ce n’est pas ce qu’on a perdu ; mais plutôt ce qu’on a acquis.»

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :