Ma voisine n’est plus

Je suis partie en vacances, ma voisine du dessus existait. A mon retour, elle n’est plus. Dans l’ascenseur, son mari a annoncé au mien son décès brutal et l’enterrement qui a suivi. J’ai appris qu’elle avait été incinérée en milieu de semaine. De ma voisine, il ne reste donc rien et la radicalité de sa disparition m’a plongée dans la perplexité. Parce que je me souviens d’elle. Parce qu’elle a existé dans ma mémoire sans être présente et que cette nouvelle ne suffisait pas pour qu’elle en disparaisse définitivement. Malgré tout, je continue à croiser son regard, je peux la voir marcher et faire résonner le timbre grave de sa voix.
Sa disparition est à la fois mystérieuse et triste car elle n’avait que 52 ans. C’était une très belle femme, élégante, impeccablement coiffée, habillée, maquillée, anesthésiste dans une clinique très huppée du XVIème arrondissement. Je la trouvais vraiment classe,un brin fascinante. Je ne l’ai pas vue malade. Il faut se faire à l’idée que je ne la croiserai plus.

Publicités

2 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. BeB
    Oct 29, 2014 @ 12:20:12

    Quelques lignes lues récemment, du philosophe Alexandre Lacroix, qui a perdu son père d’une façon brutale à l’adolescence :
    « On ne se console pas de la mort de celui ou de celle qu’on aime parce que le temps passe, que la plaie se referme et que l’on finit par oublier. Bien au contraire : on s’en console lorsqu’on arrive à vivre une sorte de compagnonnage heureux avec son mort. Mon père est là, jamais très loin de mes pensées. Comme dans toutes les relations vivantes, il y a entre nous des intermittences et des revirements – parfois il m’indiffère, il m’agace ou je le trouve ridicule, parfois c’est l’amour qui reprend le dessus. Mais je crois qu’il y a là une étrange réalité, dont personne n’ose parler : non seulement nous vivons avec nos morts, mais cette relation intérieure que nous avons avec eux est une des choses les plus intenses et les plus belles qu’il nous soit échu de vivre ».
    Tu penseras sûrement à elle bien qu’elle ne te soit proche que du fait de ce voisinage. Peut-être encore plus qu’avant ?

    Réponse

  2. liliplume
    Oct 30, 2014 @ 20:26:16

    c’est jeune pour mourir , pauvre femme.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :