La traversée

Le temps file. Dans une semaine, je connaîtrai  mon affectation pour l’année prochaine. J’espère ne pas être loin de chez moi. Il y a un an quand j’apprenais que mon détachement était accepté, je m’imaginais sur un grand paquebot, ambiance années 30, le quai qui s’éloigne, au loin le port, le départ vers l’inconnu. Début mai, j’ai retrouvé la même image. Mais cette fois ci, je sortais d’une longue tempête, sur un catamaran de course, les flots étaient vifs, nerveux et les voiles claquaient encore au vent.

J’ai le défaut de toujours vouloir tout maîtriser ce qui a pour conséquence de figer mes manières de faire. Je conjure ainsi la peur et le doute. Je m’enferme dans mes habitudes parce que j’imagine que la performance est l’économie de moyens et la maîtrise.

Il va falloir essayer de ne pas abîmer les textes. Le sens des textes, leur émotion ne résistent pas au cœur sec, aux yeux usés, aux questions  stériles.

Publicités

5 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. le-gout-des-autres
    Juin 09, 2014 @ 17:30:05

    « j’imagine que la performance est l’économie de moyens »
    Tout à fait, regarde les voiliers.

     » et la maîtrise. »
    Non, la maîtrise est un leurre.

    La preuve, regarde les voiliers.
    Ils arrivent même à avancer contre le vent…
    Il faut juste savoir laisser aller en agissant légèrement.

    Pense au démontage de certains appareils.
    Le secret ? Ne jamais forcer, trouver le point adéquat.
    Si tu forces, tu te casses un ongle ou tu casses l’appareil.

    Réponse

  2. BeB
    Juin 10, 2014 @ 16:01:00

    Faudra aussi leur donner de petits poissons comestibles…Ne pas te faire dévorer trop le ciboulot pour qu’ils ne te mettent pas la rate au court-bouillon (Tiens, au fait, d’où vient l’expression ? Il faudra que j’aille voir. Cela a trait sans doute à l’organe et pas à la pomme de terre, toute simple en robe des champs et si bonne..)
    Te souviens-tu de la chanson  » Il était un petit navire » ? :
    « Des p’tits poissons, dans le navire sautèrent par milliers, On les prit, on les mit à frire, Le jeune mousse fut sauvé ». Mais tu n’es plus un(e) mousse à sauver, Capitaine !
    J’aime bien la préconisation du Goût.. Je vais essayer de m’y essayer. Pour continuer à avancer, même contre le vent (mauvais)…
    Tiens, tu aurais pu intituler ta rubrique : « aller dans le sens du bon vent et lâcher du lest en se laissant aller par vents contraires ». Mais cela aurait été trop long. Tu as bien raison d’économiser tes moyens, la route est longue…

    Bon vent Seringat pour la suite ! On va te suivre dans le sillage de ton catamaran, dans nos petits voiliers tout blancs. Toi qui nous embarques, à ta façon, dans cette traversée d’écriture et nous laisse autant d’espace que nous voulons à travers la petite fenêtre blanche que tu nous offres…

    Réponse

  3. Fauvette
    Juin 10, 2014 @ 22:38:20

    J’espère moi aussi que ton affectation sera à ton goût.

    Réponse

  4. mab
    Juin 11, 2014 @ 05:13:40

    Très inconfortable cette attente.

    Réponse

  5. heure-bleue
    Juin 11, 2014 @ 08:37:06

    J’espère que le lycée sera un bon lycée…

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :