soleil d’hiver

I)           L’ennui

Il m’en faut peu pour ruminer. A la fin du conseil de la classe de troisième, une maman, parent d’élève m’apostrophe gentiment : « Ah, Mme… est-ce que je peux vous parler ? » Je m’approche.

–      Vous aviez dit en réunion de rentrée, que vous feriez une dictée par semaine…

Je réfléchis et pense aux deux uniques dictées du trimestre. Pas de souvenir d’avoir annoncé une dictée par semaine mais probablement d’avoir dit que j’en ferais très régulièrement, ce qui n’est objectivement pas le cas.

–      Il faut aussi que je vous voie avec ma fille, parce qu’elle fait un vrai blocage sur vous.

Super agréable. J’essaie de savoir pourquoi mais la mère me dit que sa fille ne lui donne pas d’éléments mais je comprends qu’elle ne peut vraiment pas me blairer et que ça embête la mère.

Combien de temps vais-je ruminer ? Arriverais-je à me blinder et à laisser glisser la pluie sans stresser ?

Le lendemain, je fais le point avec la demoiselle en question qui semble visiblement embêtée : elle trouve que sa moyenne de 12,  ce n’est pas terrible, que ce n’était pas juste que je mette 19 à truc alors que j’avais mis 19 à machin et que truc méritait moins que machin, qu’elle a du mal à expliquer pourquoi le courant ne passe pas mais que ce n’est pas un si grand problème que cela.

Bon. Voilà. Je comprends qu’un petit groupe récrimine derrière mon dos, clame à l’injustice et attise un « Mme… Bidule, on ne l’aime pas ».

C’est « la double peine du débutant » à savoir le manque de maîtrise de cette classe qui fait qu’à la fois ils ne sont pas très respectueux à mon égard et qu’en plus certains me détestent. S’y ajoute ma paranoïa, mon tempérament anxieux et ma capacité à me noyer dans un verre d’eau.

Pourtant la classe se déroule mieux qu’en début d’année même si le climat n’est pas encore vraiment ni totalement confiant, ni complètement détendu.

Restons « pro », en tout cas le maximum de ce que je peux faire cette année.

Positivons sur les classes de sixième et la cinquième.

II) Le bonheur

Un déjeuner japonais et ce ciel bleu par cet après-midi de dimanche. Sur le balcon sud, lire le Baron perché, se laisser chauffer au soleil. Le bleu du ciel d’hiver est très particulier. Rien ne l’efface, le soleil s’y retire en une pâle intensité. Pas un oiseau, pas une trace rouge ou rose, juste ce bleu dense, frais et limpide. La lune semble toute proche. Plus proche que le centre-ville. J’imagine que nous tournons tous ensemble, terre et lune, à une vitesse assourdissante et nous ne sentons rien.

Publicités

8 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. liliplume
    Déc 08, 2013 @ 17:36:35

    je suppose que l’on ne peut pas être aimé par tous ses élèves..

    Réponse

    • seringat
      Déc 15, 2013 @ 20:15:31

      merci pour vos messages.
      il faut que j’endurcisse mon coeur d’artichaut face aux grandes saucisses.
      Samedi à la remise des livrets, des parents de 6ème et de 5ème m’ont dit des mots gentils. Prenons ces graines positives, j’ai trop tendance à focaliser sur ce qui ne va pas.

      Réponse

  2. heure-bleue
    Déc 08, 2013 @ 18:39:40

    Tu prendras de l’assurance l’année prochaine…Le Baron perché lu depuis tellement longtemps que je me demande si je ne devrais pas le relire…

    Réponse

  3. mab
    Déc 09, 2013 @ 06:43:58

    L’ennui et le bonheur, un mélange parfait d’équilibre non?

    Réponse

  4. BeB
    Déc 09, 2013 @ 14:57:47

    Comment faire pour ne pas avoir une classe de troisième l’an prochain..
    A défaut, espérer que celle de l’an prochain sera tout autre…Est-ce que tester l’atmosphère des quatrièmes de ce lycée pourrait te mettre du baume au cœur ? Tu as déjà fait une bonne partie du chemin et semble t’en tirer malgré tout au mieux. De toute façon, tu auras pris de la bouteille avec cette première année et je partage l’avis d’Heure-bleue, tu partiras sûrement sur d’autres bases avec l’expérience.
    Pour ce qui est du moment, te fabriquer des moments où tu respires et où tu peux vivre comme tu le souhaites – comme ce moment numéro 2 – est un bon programme – plus que nécessaire, j’en suis certaine. Je me demandais si tu continuais le tai chi dont tu nous avais parlé dans un billet de l’an dernier.

    Réponse

  5. fauvette
    Déc 15, 2013 @ 16:13:27

    Je suis sidérée ! Qu’une mère te parle ainsi. Cette attitude de consommatrice de la mère et la fille est déplacée.
    Ne te laisse pas décourager par ces gens-là, tu as l’air de t’en sortir pas mal du tout. C’est une expérience mais finalement cela peut t’aider pour les années suivantes.

    Réponse

  6. le-gout-des-autres
    Déc 15, 2013 @ 18:12:37

    D’accord avec Fauvette
    Essai de commentaire, ça commence à m’agacer…

    Réponse

  7. le-gout-des-autres
    Déc 15, 2013 @ 18:13:02

    Youpee ! Je peux de nouveau commenter !

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :