Il y a toujours un après

Il y a toujours un après.

Pourquoi avoir peur alors ? Serrer les dents, serrer le corps, avancer les muscles tendus, résister, faire front, ne pas céder, aller au-delà, vaincre, affronter, tenir.

Il y a toujours un après.

Pourquoi la vie serait-elle une série d’épreuves, de défis successifs? Pourquoi faut-il résister ?

Il paraît impossible d’exister sans lutte, sans effort, sans combat.

Toute petite, j’ai appris que le monde est hostile.

Mais qui est hostile exactement ? Qui nous menace ? Qui nous fait peur ?

Qui me réveille la nuit, les yeux tendres puis les yeux fous et me dévore ?

Toute petite, j’ai appris que le monde est hostile.

Depuis je combats sans cesse, sans cesse, mon ennemi invisible.

Publicités

7 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. BeB
    Oct 31, 2013 @ 11:37:50

    J’ai écouté Sylvie Germain dans une conférence qui disait que
    sa création romanesque part d’une image, celle de la lutte de Jacob avec l’ange. Je t’ai retrouvé ce qu’elle en dit quelque part :
    « L’image qui m’obsédait, à travers l’histoire de l’art, c’était la lutte de Jacob avec l’ange. C’est l’image ultime de tout individu, la figure que l’on va donner à une force qui nous dépasse et qui nous appelle à nous dépasser nous-mêmes. »

    Réponse

  2. heure-bleue
    Oct 31, 2013 @ 13:11:29

    Toute sa vie, on lutte contre l’angoisse, celle de notre mort et celle des êtres aimés, rares sont ceux qui ne connaissent cette angoisse.
    NB : Le Goût essaie de te commenter depuis plusieurs jours sans succès…

    Réponse

  3. le-gout-des-autres
    Oct 31, 2013 @ 20:14:09

    Je te disais donc, sans pouvoir commenter que c’était comme ça depuis que la société d’émulation et de coopération a été remplacée par une société de compétition.
    Une compétition sans merci.
    Une société où le vaincu est piétiné.
    Privé de tout, même de sa dignité.

    Réponse

    • seringat
      Nov 01, 2013 @ 21:27:06

      Après avoir travaillé sept ans dans une société privée, j’apprécie de pouvoir enseigner même si c’est fatigant ou pénible certains jours; Faire apprendre, faire découvrir m’éloignent du monde de la compétition et de l’argent.

      Réponse

      • eleonortrois
        Nov 03, 2013 @ 14:45:40

        Je me laisse parfois submerger par l’impression que globalement, le monde va mal…et puis je lutte, car cette pensée n’apporte rien, bien au contraire, et qu’il faut continuer de croire aux petites actions, ici et là. Et de même que ton choix d’enseigner t’éloigne de celui de l’argent, je me dis que mon choix de la musique ne contribue pas au système, en tout cas pas à la part nocive que j’en rejette…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :