Pleurer quand le ciel est bleu

Je ne sais pas comment cela marche mais il était écrit que ce serait moi qui porterais à un moment ce deuil. Ce n’est pas celui de ma grand-tante. Non, je peux la regarder en face, me dire qu’elle a fait au mieux. C’est celui des enfants. Il était écrit, qu’ à ce moment-là, en dépit du reste, mes yeux se rempliraient de chagrin. Car ce n’est une tristesse pour rien d’autre, je les pleure, c’est tout.

Je comprends que l’on ait envie de se cacher car tout ceci peut paraître incompréhensible, ridicule. La distance du temps, l’éloignement. Mais mon chagrin est là, pour eux et je ne peux rien y faire.

Publicités

8 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. le-gout-des-autres
    Juil 08, 2013 @ 10:19:49

    que croyais-tu ?
    Qu’on n’a pas de chagrin parce qu’il fait beau ?
    Parfois je me demande si ce n’est pas pire que quand il fait mauvais…

    Réponse

  2. whiterabbit
    Juil 08, 2013 @ 10:22:06

    Se dire qu’ils vivent toujours en nous… Penser à eux à des moments heureux de leur existence…

    Réponse

  3. BeB
    Juil 08, 2013 @ 10:47:10

    Tu fais œuvre de réparation, de reprise.. Mon émotion à te lire. Juste quelques lignes. Mais quelles lignes.. qui disent tout..

    http://digistore.bib.ulb.ac.be/2011/DL2503255_1987_1_2_000.pdf
    C’est le site de l’Université Libre de Bruxelles, qui a mis, en accès libre sur internet, un livre, fait de plusieurs articles, qui pourrait t’intéresser, Les Juifs, la mémoire et l’oubli.
    Pour toi, qui as des enfants.. J’ai extrait quelques lignes de Nadine Fresco, dans son article La mort est-elle héréditaire ?
    « Et puis vient maintenant la génération de nos enfants, avec leur vie
    toute neuve et leurs petits singes en peluche qui ont le visage même
    de l’amour. Et c’est comme si la malédiction s’était enfin arrêtée. Ces
    petits enfants qui nous sortent du silence de la mère et du silence de
    la mort, qui constituent en adultes les enfants que nous avons été et
    ne sauraient se contenter de parents envahis par la nostalgie, ces petits
    enfants qui ont besoin de nous vivants et soucieux de l’avenir, l’existence rend plus insupportable encore l’horreur des persécutions
    passées, présentes et possibles, ces petits enfants avec leurs évidences
    et leurs questions fraîches et sérieuses, nous contraignent à la vigilance
    et à l’espoir. C’est comme si, vivants, ils nous guérissaient enfin des
    enfants morts auxquels nous avions, si mal, succédé ».

    Réponse

  4. samantdi
    Juil 08, 2013 @ 11:53:21

    Je comprends très bien.
    A un moment donné, ma mère m’avait dit, parlant d’un problème très ancien, qui venait de deux générations avant la mienne et qu’il m’appartenait de régler : »ça tombe sur toi » C’était exactement ça.

    Réponse

  5. mab
    Juil 08, 2013 @ 16:09:58

    Je pense souvent avec tristesse à ma grand-mère paternelle morte à 24 ans en laissant 2 petits enfants de 2 et 1 an. Bien plus souvent qu’à ma grand-mère maternelle que j’aimais beaucoup et qui est morte à 74 ans

    Réponse

  6. seringat
    Juil 09, 2013 @ 07:48:06

    Je n’ai jamais pensé un jour écrire cela. C’est aussi grâce à vous que tout ceci arrive que ce soit joyeux ou grave. C’est parce que vous êtes là pour le lire. Merci pour votre lecture, merci pour les petits mots que vous me laissez, ils m’apportent beaucoup.

    Réponse

  7. BeB
    Juil 09, 2013 @ 09:01:17

    Merci pour ce que tu écris ci-dessus . Il est réconfortant de lire comment chacun comprend à sa façon ce que tu vis, et t’accompagne dans ton cheminement. Le lien qui se crée aussi. Parce que cela retentit en nous.

    Réponse

  8. El
    Juil 09, 2013 @ 23:10:36

    Par tes mots, ils vivent sous nos yeux et nous partageons aussi ce deuil…bien sûr qu’il n’y a pas à cacher les larmes. Mais penser à eux vivants, aussi, comme le dit Whiterabbit. Les morts n’aimeraient peut-être pas qu’on ne se rappelle que de leur mort, plutôt de leur vie, du moins est-ce la théorie que je me suis forgée au sortir d’un (trop) long deuil…

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :