Sept paquets de café

Eva était la deuxième de femme de mon grand-père Joseph, le premier mari de ma grand-mère.  Eva pendant la guerre habitait Paris avec sa fille Colette qui devait avoir trois ou quatre ans. Son premier mari, le père de Colette avait été arrêté et déporté. La mère et la fille vivaient seules à Paris. A cette époque, les enfants jouaient dans les cours d’immeuble et tous les soirs,en revenant de leur travail, des hommes et des femmes les croisaient, leur disaient un mot, échangeaient un sourire.

Dans cet immeuble, vivait un officier allemand qui travaillait à la Kommandantur. Il fallait bien que les Allemands habitent quelque part. Cet Allemand chaque jour devait croiser Colette, lui sourire, lui dire un mot gentil. Parce que c’est la vie, parce que le quotidien rappelle au cœur des hommes ce qu’ils sont. Alors pour cela, un soir, cet  homme est monté chez Eva et lui a dit qu’il ne voulait pas qu’il arrive à Colette ce qui arrivait aux autres enfants juifs. Cet Allemand, il savait. Il a demandé à Eva de lui donner sept paquets de café et il lui ferait des faux papiers pour passer en zone libre. Eva a trouvé les sept paquets de café et les lui a donnés. Il a fait faire les faux papiers et elles sont passées en zone libre. Le père de Colette, lui, n’est jamais revenu.

Pourquoi Eva m’a raconté ça ? Pourquoi je me souviens de cette histoire extraordinaire ? Parce que je la classe dans ces moments qui font que la vie oscille.

Elle m’a raconté aussi que cet Allemand lui a demandé de témoigner en sa faveur après la guerre et qu’elle a refusé, à cause des autres. J’avais été un peu surprise qu’elle ait refusé, je n’avais rien dit. Qui peut comprendre ce qui se passe dans la tête des autres ? J’espère que cet homme a sauvé d’autres hommes qui ont pu témoigner pour lui.

Publicités

9 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. El
    Juin 19, 2013 @ 00:09:08

    En te lisant, cela me conforte dans cette idée que dès que l’ Histoire s’incarne dans des destins individuels tous bouleversants, on en prend une mesure plus profonde que des chiffres qui mettent à distance (et pourtant, quels chiffres !) l’émotion. Le pathos ne doit pas l’emporter sur la réalité, certes, mais si chaque être humain acceptait de se laisser toucher, on éviterait peut-être les prochains drames ?
    Tu fais un gros travail, là. De recherche, de compréhension, d’écriture. Tes textes me touchent beaucoup.

    Réponse

  2. liliplume
    Juin 19, 2013 @ 20:42:33

    elle aurait dû témoigner. juste ce fait là. Mais ce n’était pas totalement gratuit non plus, à l’époque le café devait être une denrée rare et chère.

    Réponse

  3. mab
    Juin 20, 2013 @ 05:18:09

    beau et émouvant comme un roman

    Réponse

  4. heure-bleue
    Juin 20, 2013 @ 10:20:47

    peut être à cause des 7 paquets de café, ce n’était pas un geste gratuit….

    Réponse

  5. le-gout-des-autres
    Juin 20, 2013 @ 14:10:00

    Sept paquets de café, ça doit rendre nerveux…
    (ouais bon, je sais…)

    Réponse

  6. samantdi
    Juin 20, 2013 @ 17:15:58

    Ces billets me touchent beaucoup aussi.
    La guerre et l’antisémitisme ont profondément modifié la vie de mes parents, par imbrication d’histoires, et presque tous les destins individuels des gens de cette époque ont été modelés.
    En te lisant, je pense à ce couple de riches entrepreneurs parisiens qui se sont réfugiés dans notre village, y ont été cachés et après la guerre ont choisi d’y rester, d’y construire une usine, sauvant ainsi des dizaines de personnes de la pauvreté (dont ma mère, alors que je venais de naître)
    Durant toute mon enfance, c’était les seules personnes juives que nous connaissions, à mes yeux elles avaient une aura incroyable…

    Réponse

  7. lanabc
    Juin 22, 2013 @ 18:26:58

    J’ai rattrapé mon retard de lecture. Ton histoire est poignante.

    Réponse

  8. seringat
    Juin 23, 2013 @ 21:26:25

    Merci à chacun de vous de partager cette histoire avec moi. Qu’elle trouve écho en vous lui donne aussi une forme d’existence.
    Pour le refus d’Eva, elle pensait surtout aux autres qui avaient été déportés. Néanmoins cet homme avait pris un risque sérieux et sauvé sa fille. De quoi était-il responsable par ailleurs? Je ne sais pas.

    Réponse

  9. fauvette
    Juin 29, 2013 @ 13:01:07

    Je suis avec émotion tes pas dans ton histoire. Tu es une personne tres attachante.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :