La dame d’en face

Un jour, tu m’as dit : « Il n’y a plus qu’une chose qui soit importante pour moi maintenant, c’est que le jour de mon enterrement, on dise leurs noms ».

C’était chez la dame d’en face.

Je sais ce que cela représente pour toi. C’étaient tes cousins germains, ta tante. Ne pas oublier, c’est ton obsession. Et mon cœur s’est déchiré encore un peu plus.

Je me souviens du poème qui ouvre Si c’est un homme.

Tu l’as dit sèchement comme à ton habitude. Comme si je n’étais plus bonne qu’à cette dernière chose.

Toi que je ne veux plus voir.

Toi à qui je ne veux plus parler.

Toi qui as pu me dire que tu ne m’aimais pas.

Publicités

1 commentaire (+ vous participez ?)

  1. BeB
    Mai 25, 2013 @ 18:52:07

    Je me demande si elle a été vraiment aimée. Je me demande si elle ne transporte pas en elle une grande haine et si elle n’est pas plus près de la mort que de la vie. Alors que toi, tu as tant de vie en toi, et que tu essaies de la sauvegarder dans les moindres détails de ta vie… Je me demande s’il n’y a pas beaucoup de jalousie par rapport à ce désir de vie que tu tentes de décupler. C’est ma première pensée que j’ai eue en te lisant aujourd’hui. Mais peut-être suis-je à côté.. C’est sûr qu’il y a bien d’autres explications..
    Cela a dû te coûter d’écrire ces phrases. Probablement est-ce mieux qu’elles soient là, que d’autres les lisent, que tu sentes le partage…

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :