Moment magique

Qui aurait pu m’amener au Louvre à 9h30 un samedi matin après une semaine particulièrement fatigante ? Rien si ce n’est une animation pédagogique intitulée « Danse au Louvre » à laquelle je suis inscrite. Qui aurait pu penser que « Danse au Louvre » ne serait pas qu’une observation de tableaux ou sculptures autour de la danse ?

Contre toute attente, nous voici, au petit matin dans la cour Puget autour de Milon de Crotone, athlète grec en proie à l’attaque du lion, captant le mouvement de torsion et d’enveloppement, puis recréant ce mouvement sous l’œil envieux de groupes de touristes. Maintenant de profil, expérimentant le déplacement contraint des archers sumériens sur les bas-reliefs. Plus loin près d’une vierge à l’enfant en ivoire toute délicate, chacun d’entre nous les yeux fermés, légèrement déhanché s’arrête dans la position de porter un enfant, tableau chorégraphique improvisé. Explorer le mouvement dans les salles les plus calmes du Louvre est une expérience magique.

Difficile de quitter le lieu alors. Partir découvrir les Arts de l’Islam, mais surtout revoir ou voir certains tableaux du deuxième étage de l’aile Richelieu. La peinture française du XVIIIème y repose tranquille, à l’abri. Mme de Pompadour, tout simplement magnifique, peinte par Quentin de Latour se fait admirer. La peinture si vivante de Boucher, des Chardin, le Pierrot interrogateur de Watteau. Il y a des chefs-d’œuvre partout, on ne peut pas faire un pas sans s’arrêter : Delacroix, Corot, Rembrandt, Metsu, Avercamp, Vermeer…

Après ce concentré de beauté, on se sent pousser des ailes et on en a bien besoin pour réussir à rentrer.

Publicités

2 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. le-gout-des-autres
    Fév 24, 2013 @ 17:38:58

    Eh bien tu as de la chance car, habitué du Louvre, après ce concentré de beauté je me sens moche…
    J’ai beau y aller souvent, ça ne déteint pas.

    Réponse

  2. BeB
    Fév 26, 2013 @ 14:50:24

    Il faudrait faire une liste de ce qui fait diminuer réellement une fatigue… Mais ce qui la transforme aujourd’hui la métamorphosera-t-elle aussi un autre jour ? Rien n’est sûr..
    Lors de mes dernières visites au Louvre, la foule a eu le don d’accroître ma fatigue. Surtout, lors d’un atelier de dessin de deux heures, un vendredi soir, où je suis tombée par hasard, mais pourquoi pas. Nous avons été placés devant la Victoire de Samothrace ; j’aurais dû me concentrer sur ses grandes ailes, mais j’étais trop loin pour y voir quelque chose, à une vingtaine de mètres en surplomb, et surtout nous étions un groupe trop nombreux – une trentaine ! – et autour de nous la foule et encore la foule bruyante. J’ai pris le peu d’ailes qui me restait, ai foncé à la Direction. Quelqu’un m’a dit dernièrement avoir participé à un atelier où ils n’étaient que 12. C’est déjà mieux…

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :