Une question

Pourquoi m’a-t-elle raconté cela ? Pourquoi ? Si ce n’est pour s’interroger sur cette part d’homme en nous ? Elle me racontait que certaines femmes à l’arrivée au camp au moment du tri avaient laissé leurs enfants, certaines abandonnant leurs bébés pour être du bon côté, celui de la survie temporaire. Elle me racontait cela dans la plus grande angoisse et dans la douleur aussi et j’ai eu peine à la croire. Peut-être est-ce faux.

Reste une interrogation indissoluble qu’aucun discours rationnel ou rassurant n’éclaire. Qui sommes-nous vraiment ? A quel moment pourrions-nous perdre le courage  ou le sens d’être un homme ?

Bien sûr j’ai pensé à Janusz Korczak qui y est allé, en sachant, en sachant aussi qu’il aurait pu y échapper mais qui a voulu accompagner ses enfants orphelins qui n’étaient pourtant pas les siens.

Publicités

8 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. le-gout-des-autres
    Fév 05, 2013 @ 18:45:15

    Il y a un bouqin de Bettelheim qui parle très bien de ça: « Le coeur conscient », qui traite de la résistance face à la coercition.
    J’ai aussi entendu une femme, survivante, interrogée sur France Inter il y a des années, dire « on devient animal, quand l’une des nôtres mourait, la seule chose que l’on voyait, c’est qu’on allait récupérer des chaussures, des habits et une couverture de plus ».
    Dans certaines conditions, survivre est la seule option envisageable…
    Juger est tout à fait hors de propos.
    C’est comme dire que les requins sont méchants…

    Réponse

  2. samantdi
    Fév 05, 2013 @ 18:54:30

    Sur ce sujet, tu peux lire le récit autobiographique (très intéressant, émouvant dans son imperfection même) de Colombe Schneck, « la réparation », c’est arrivé à sa grand-tante, qui a survécu à l’holocauste mais dont la fille est morte là-bas après une « sélection ». Non pas qu’elle l’ait abandonnée, on ne peut pas dire ça comme ça, ce sont des mots de gens nés après, de gens qui ne devraient même pas mettre des mots sur ce qui a eu lieu. Colombe Schneck raconte ça avec beaucoup de pudeur, il y a quelque chose d’indicible dans ce qu’ont vécu ces femmes qui ont choisi de vivre, et que leurs proches ont poussé vers la vie. Je ne sais pas comment résumer ça, je n’ai pas les mots. Il faut lire.

    Réponse

    • eleonortrois
      Fév 05, 2013 @ 21:17:37

      Depuis toujours, et surtout depuis que mon fils est né, je m’interroge sur tous ces « comment ? »…comment ont fait les mères, comment s’imaginer affronter cela…alors peut-être lirai-je donc ce livre…

      Réponse

  3. lili plume
    Fév 05, 2013 @ 21:26:38

    la mère d’une de mes amies était cachée avec plusieurs personnes dans une cave, en Pologne. Il y avait là une jeune femme avec son bébé de moins d’un mois. Elle l’a étouffé de ses mains pour que ses pleurs n’alertent pas les allemands. Ils se sont quand même fait prendre et ont été emmenés à Auschwitz.

    Réponse

  4. mab
    Fév 06, 2013 @ 11:19:42

    Le choix de Sophie…

    Réponse

  5. BeB
    Fév 06, 2013 @ 18:27:52

    Pourquoi ? Peut-être espérait-elle aussi un soulagement, dans le fait de partager son expérience d’une telle souffrance et de te la transmettre..Et obtenir ta compréhension d’une situation impossible à restituer.
    Mais peut-on être délesté de quoi que ce soit par rapport à cette période où l’ entreprise de deshumanisation commençait avant l’arrivée dans les camps, dans le trajet dans les wagons à bestiaux où périrent tant de gens dans des conditions extrêmes.. Qui commençait aussi avant le trajet…Je suis presque sûre que non.

    Réponse

  6. le-gout-des-autres
    Fév 06, 2013 @ 18:57:02

    Bien vu, Mab !

    Réponse

  7. seringat
    Fév 06, 2013 @ 20:20:28

    Merci pour vos conseils de lecture.
    Le Goût : j’ai lu Pour être des parents acceptables de Bettelheim, parce que cela me semblait le plus urgent et je ne connaissais pas Le coeur conscient
    Samandti : je lirai La réparation (BeB, tu m’en avais parlé).
    Liliplume, ton histoire est bien cruelle. Les gens ont du devenir fous.
    Mab : je me souviens de ce texte qui avait bouleversé beaucoup de monde.
    Eleonor : bonne lecture aussi.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :