Paysage

Dans le cadre de la fenêtre se tend la toile du paysage. Là où le regard s’étend et se dilue. La rue peut être un paysage vivant. Regardeur passif et immobile. Le folklore des passants toujours renouvelés.

Combien de paysages connaîtrons-nous ? Ceux où le regard se pose.

Combien de paysages en nous ?

Quand je retourne dans la chambre bleue, je vois le grand mur de briques irrégulières, un peu sale. Des heures durant, à gauche de mon bureau, ce bloc rougeâtre, morceau de l’immeuble d’en face serré autour de l’étroite cour, puis à droite brutalement la verticale du ciel.

Je comprends le paysage. Comme une dissolution.

Combien de paysages ? Tu te souviens de ce grand trou béant, l’usine pas encore tout à fait démantelée. Comme une pointe, se dire que ce serait un de ses derniers paysages.

A travers l’angle de la fenêtre.

Un grand voile noir s’est maintenant posé, qui éteint tout. Il n’y a alors plus rien à dire. La fenêtre ne montre plus rien que des reflets bien dessinés.

 

Publicités

2 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. le-gout-des-autres
    Jan 30, 2013 @ 17:15:55

    J’aime ta note.
    Du coup elle m’a inspiré…
    Merci Seringat

    Réponse

  2. BeB
    Jan 31, 2013 @ 22:15:54

    j’ai envoyé un commentaire mais il n’est pas passé.. J’espère qu’il n’y aura pas doublon…J’essaie de retrouver ce que je disais… que ton mur de briques, qui appelle l’usine disparue, m’évoquait le pan lumineux de Proust, se découpant dans les ténèbres, quand il se réveillait la nuit : il n’y eut que lui pendant longtemps pour lui rappeler Combray. (Jusqu’à ce qu’il rencontre, comme tu sais, par hasard « l’objet » qui enfermait les sensations lui permettant de retrouver ses souvenirs de Combray). Rencontreras-tu ton « objet » faisant surgir le passé oublié..
    Ton fragment semble être cet objet pour Le Goût…
    Je suis bien d’accord ; encore un beau texte.et qui fait passser quelque chose de ton ressenti probablement pas facile à transmettre…
    En te lisant, je vois un paysage, il est très net – probablement pas le même que le tien. Et c’est un paysage constitué de temps également…

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :