Blanc

Blanc

Tôt ce matin. Sans une raison particulière, je ne serais pas sortie. Mais puisque j’étais dehors, mes pas m’ont mené jusqu’au parc. L’impression d’être au sport d’hiver. La neige craque sous les chaussures de randonnée. Je suis la trace comme au ski de fond mais parfois envie de sortir de la piste, marcher sur ce blanc comme sur un terrain de jeu. Je n’entends pas grand-chose, juste le froufou régulier de la capuche. Se sentir loin, en vacances, tranquille. J’ai même osé une chorégraphie taïchi en haut de la butte. Un marcheur nordique, quelques coureurs. En approchant de la sortie, les premiers saccageurs de blanche, haut comme trois pommes, déjà tout rouge dans leurs combinaisons de ski s’en donnaient à cœur joie. Sur le chemin du retour, (1 heure avait bien passé), les trottoirs n’étaient déjà plus moutonneux mais lisses et gris. De nombreux passants encapuchonnés.

Se secouer. Faire sécher les chaussures avant de rentrer. Une fois à l’intérieur la neige me parait déjà plus hostile. J’ai la chance de pouvoir aller à mon travail à pieds et j’ai une pensée pour ceux et celles qui seront obligés de prendre leur véhicule demain.

Publicités

6 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. lili plume
    Jan 20, 2013 @ 22:01:14

    ici, rien n’est saccagé. Tout est blanc de blanc

    Réponse

  2. BeB
    Jan 20, 2013 @ 22:06:35

    A midi, c’était le désert dans mon quartier. L’impression d’être seule dans deux rues.
    A 15 h 30, des rencontres inhabituelles en 5 mn, dans ma rue : une jeune femme assise sur un coussin en plastique, accrochée par des liens à une voiture, se laissant traîner par la voiture ; un enfant sur une luge ; une femme assise dans la neige, essayant de passer son deuxième ski ; un petit chien n’ayant plus envie d’avancer et sa maîtresse le prenant dans ses bras.
    Au terminus des bus invisibles : un enfant dans une luge, trainé par un adolescent.
    Sur le quai du métro : un jeune homme avec des chaussettes jusqu’aux genoux, en short blanc très large.

    Réponse

  3. le-gout-des-autres
    Jan 22, 2013 @ 09:43:02

    Un détail m’a frappé ce dimanche-là: ceux qui faisaient des batailles de boules de neige étaient « des grands », pas des enfants.

    Réponse

    • seringat
      Jan 22, 2013 @ 13:38:44

      C’est vrai qu’il y avait beaucoup d’adultes ou d’ados. d’ailleurs on avait l’impression d’être en guérilla, certains marchaient baissés, inquiets, une boule à la main, à la fois poursuivi et poursuivant.

      Réponse

  4. BeB
    Jan 22, 2013 @ 21:19:31

    Moi aussi, même expérience : ai vu de jeunes adultes 20/30 ans, faire des boules avec la neige du toit des voitures et se les lancer vers le métro Abbesses, aux alentours de 20 heures. Et j’ai hâté le pas… – alors que je ne l’aurais pas fait en croisant des enfants dans mon quartier le matin….

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :