Merci

Sur la première copie corrigée du CNED la correctrice m’avait interpellée : « Pourriez-vous me dire pourquoi vous suivez ce cours ? »

Je lui avais dit la vérité : mon âge, mon métier, mon souhait de demander un détachement pour devenir professeur de français.

Sur le deuxième devoir, elle m’y encourage, me dit que je serai capable d’enseigner aussi en lycée, me propose d’écrire un mot personnel pour favoriser ma demande de détachement.

Ces mots, bien sûr, m’ont fait très plaisir.

Ses encouragements chaleureux me rappellent aussi ceux qui m’ont manqué. Je m’aperçois du vide qui m’a entouré. Je n’arrive toujours pas à comprendre.

Tout ce que je viens d’écrire sur le papier ne rime à rien. Juste de la colère, de l’amertume, de la culpabilité. Cela ne prend pas forme. Plutôt cela ne prend pas la bonne forme.

Cette histoire, la mauvaise histoire, l’histoire mince et dérisoire, je l’écris et la jette sans cesse.

Publicités

5 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. le-gout-des-autres
    Jan 14, 2013 @ 07:00:08

    Qu’as-tu écrit sur ce papier plein de colère ?
    De quoi te sens-tu coupable ?
    (pour la culpabilité, j’en connais un rayon, c’est génétique, chez toi comme à la maison…)
    Mais surtout ne sois pas amère, ça donne un mauvais pli à la bouche et la rend peu tentante.
    Et ça, c’est rédhibitoire…

    Réponse

  2. mab
    Jan 14, 2013 @ 15:07:46

    Il est bien indiscret Le Goût.

    Réponse

  3. le-gout-des-autres
    Jan 15, 2013 @ 09:05:23

    Meuh non, chuis pas indiscret.
    Si ç’avait été secret elle n’aurait pas écrit ça sur son blog.

    Réponse

  4. lili plume
    Jan 15, 2013 @ 18:42:50

    je viens de lire « ces gens qui se sentent coupables » (dont je suis bien sûr). Très intéressant ce livre !

    Réponse

  5. BeB
    Jan 15, 2013 @ 21:02:20

    Ceux qui auraient pu/dû t’encourager ne l’ont sans doute pas été eux-mêmes. Evidemment, ce n’est pas une raison pour ne pas l’avoir fait… On est nombreux à ne pas l’avoir été, que ce soit à l’école, au collège, au lycée.. dans le travail !
    Et il a bien fallu s’encourager soi-même – quand on pouvait…
    Mais maintenant, ça y est, tu redresses la barre et l’objectif se pointe à l’horizon…C’est vraiment bien.

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :