Le bouc

J’aime particulièrement cette blague, celle du bouc.

Un homme vit très pauvrement avec sa femme et ses six enfants dans une pièce unique dans un petit village. N’en pouvant plus de ces conditions, sa femme le presse d’aller trouver le rabbin du village pour améliorer leur sort. L’homme se décide, il va voir le rabbin.

–      Rabbin, j’ai six enfants, nous vivons les uns sur les autres dans une seule pièce, nous n’en pouvons plus, ma femme n’en peut plus. Qu’est-ce que tu nous conseilles ?

Le rabbin réfléchit.

–      As-tu un bouc dans ton pré ?

–      Oui, répond l’homme.

–      Va chercher le bouc et installe-le dans ta maison ?

–      Tu es fou, rabbin. Un bouc, c’est sale, ça pue, ça fait du bruit.

–      Fais-moi confiance et reviens dans une semaine

L’homme revient une fois la semaine passée.

–      Rabbin, j’ai fait ce que tu as dit. J’ai amené mon bouc, je l’ai installé à la maison et c’est devenu l’enfer. Ma femme crie et pleure, les enfants pleurent, cela sent mauvais. La vie est devenue insupportable.

–      Et bien maintenant, ramène le bouc dans ton pré et reviens me voir dans une semaine.

L’homme ne se fait pas prier. Il court chez lui et fait sortir le bouc.

Une semaine après, il croise le rabbin.

–      Alors est-ce que ça va mieux ? lui demande le rabbin.

–      Oh, oui, c’est un vrai bonheur, répond l’homme. Ma femme revit, les enfants sont tranquilles, on est vraiment mieux maintenant. Merci rabbin.

 

Tout cela pour dire, que je n’avais pas de bouc chez moi mais seulement un sacré torticolis depuis trois jours. Sa progressive disparition me fait sentir Ô combien il est agréable de ne plus avoir mal.

 

 

Publicités

5 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. heure-bleue
    Nov 18, 2012 @ 20:56:18

    On a toutes un petit bouc qu’on aimerait faire sortir….

    Réponse

  2. le-gout-des-autres
    Nov 18, 2012 @ 21:06:00

    Ce ne sont pas les juifs qui ont créé le monothéisme.
    Un autre avant eux à cherché les emmerdements: Akhenaton…

    Réponse

  3. mab
    Nov 19, 2012 @ 06:14:52

    Une petite blague adaptable à bien des situations.

    Réponse

  4. lili plume
    Nov 20, 2012 @ 21:01:55

    il faut s’en rappeler à l’occcasion

    Réponse

  5. BeB
    Nov 20, 2012 @ 21:38:03

    Ce torticolis t’a fait tourner en bourrique…Mais rien de mieux pour tordre le cou à ce torticolis métamorphosé en bouc et l’envoyer ailleurs, d’un grand coup de pied, de préférence un désert où il ne pourra pas nuire. J’ai retrouvé cet ailleurs, qui est loin d’être un désert : il suffit de taper bouc et torticolis dans Google. Et qu’est-ce qui apparaît en première ligne : ton blog Seringat !
    Le principal était qu’il disparaisse de ton cou, même s’il sévit, virtuellement, sur la toile…

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :