H2O

Ici aussi la pluie tombe. Dans la ville on oublie son aspect nourricier car elle mouille et ruisselle sur les trottoirs. L’absence de terre se manifeste alors mais aussi l’organisation des hommes : pentes, caniveaux, grilles.

Sur le toit métallique de l’immeuble elle pianote, variant son rythme, parfois léger, parfois plus sombre. Lorsque l’obscurité de la nuit la rend mystérieuse, elle me fait sentir toute la protection et la douceur de l’intérieur.

Publicités

4 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. mab
    Sep 25, 2012 @ 05:58:04

    Il était qu’elle arrive.

    Réponse

  2. mab
    Sep 25, 2012 @ 05:58:55

    Il était TEMPS…

    Réponse

  3. le-gout-des-autres
    Sep 25, 2012 @ 07:18:09

    Etrange, pas un n’a encore tartine sur le « doux bruit de la pluie, par terre et sur les toits » a la lecture de ta note…

    Réponse

  4. BeB
    Sep 30, 2012 @ 20:07:46

    On ne se souvient plus du poème, ou on n’a jamais su…, mais cela peut se retrouver…..et même se compléter :
    Pour un coeur qui s’ennuie,
    O le chant de la pluie

    Et s’il pleut encore, ou si l’on s’ennuie, une seule occupation à avoir : aller voir « Camille redouble. ». Même si l’on aime écouter le chant de la pluie…

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :